Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les poèmes de Giordano Eturo et de Gérard Bloufiche

Au crépuscule

Publié le 11 Juillet 2016 par G. Eturo in Poèmes

 Hommage à l'équipe de Charlie Hebdo, lâchement assassinée

 

Au crépuscule, que faisais-tu
Quand l’Islam absolu,
Ivre de sa vertu,
Enténébra nos rues
D’une lueur corrompue ?

 

Tu ne comptais plus tes heures,
Tu agrégeais des indicateurs,
Tu travaillais sur des tableurs,
Tu te voulais fédérateur.

 

Tu promouvais le changement,
Tu faisais dans l’accompagnement,
Tu recherchais l’assentiment
Et tu rampais verticalement.

 

Tes lectures sacrifiées,
Tu craignais pour ta santé,
Pour tes poumons tout encrassés ;
Tu rêvais d’une Audi TT
Comme d’un ticket pour t’échapper ;

 

Tu regardais désabusé
Pujadas ou BFM TV
Et tu allais te branler
Entre douze mails et un café.

 

Au crépuscule, Où étais-tu,
Quand Marianne était détenue
Sale et nue,
Abattue ?

 

Tu explorais des synergies,
Tu sanglotais sous la pluie,
Tu courais jusqu’à minuit,
Tu te noyais dans le whisky.

 

Tu baignais dans la mélodie
Des traqueurs de toutes les phobies,
Des tenants de la grande amnésie :
Le respect, c’est la démocratie
Mieux vaut la boucler que d’être pris
En flagrant délit de paroles impies.

 

Au crépuscule, avant les bombes,
Dans l’air vicié du grand nombre,
Tu démarrais toujours en trombe,
Tu ne pensais plus à Emile Combes.

 

Tu vivais dans ce coin du monde
D’une bienveillance nauséabonde,
Où les nations sont moribondes,
Asthéniques et infécondes.

 

Au soir des lugubres décombres,
Tu circulais dans la pénombre
D’une réussite amère et sombre.
Au soir des sinistres décombres,
Comme un trésor qu’on désencombre,
Tu paraissais n’être qu’une ombre ;

 

Au crépuscule, que faisais-Tu ?
Au crépuscule,
Tu aurais bien voulu
Mais tu n’en pouvais plus ;
Et sous le poids des tribus,
D’une République dissolue,
Déjà, titubaient les vaincus.
Commenter cet article